Catégories
Crise économique et financière Zone Euro

Prise de position de la LECE – Utilisons le Fonds « L’U.E. de la prochaine génération», intégré dans un cadre financier pluriannuel ambitieux, comme moteur du changement dans l’Union européenne

5 Juin 2020

Ligue Européenne de Coopération EconomiqueFondation Universitaire 11 rue Egmont – Bruxelles

Cette prise de position fait suite à l’avis adopté par la LECE le 2 avril 2020 « Pour une solidarité et une coordination audacieuses pour sauver les citoyens et le projet de l’UE ». Elle s’appuie sur les contributions de plusieurs sections nationales de la Ligue, dont les LECE – Espagne et LECE – France. Maintenant que des vies ont été sauvées, il faut sauver des emplois et des secteurs entiers de l’économie. Le projet « Prochaine Génération UE » dévoilé par la présidente Von der Leyen le 27 mai pourrait changer la donne en rétablissant l’espoir, en démontrant que les sacrifices n’ont pas été vains et en devenant un modèle de solidarité européenne.  Notre Ligue le soutient donc totalement.

Ce projet complète les initiatives et accords conclus précédemment, dont la LECE se félicite :

  • L’accord conclu lors du Conseil européen du 23 avril 2020 sur une réponse globale de la politique économique à la crise du Covid-19, comprenant trois volets, qui prévoient respectivement des aides pour les travailleurs (SURE), pour les entreprises (programme de garanties de la BEI) et pour les Etats souverains (soutien MES) pour une enveloppe globale de 540 milliards d’euros. Toutefois, ces filets de sécurité ne proposent que des instruments de prêt, qui ont l’inconvénient d’augmenter la dette de leurs bénéficiaires.
  • Du côté de la politique monétaire, la LECE a également exprimé son soutien en faveur du programme d’achats d’actifs de la BCE contre la pandémie (PEPP) à hauteur de 1,350 milliards d’euros après l’augmentation de 600 milliards annoncée le 4 juin, ainsi qu’à  la prolongation du terme de son dispositif jusqu’en 2021 et à  l’engagement de maintenir les achats d’actifs au titre du PEPP jusqu’à ce qu’elle juge que la phase de crise du coronavirus est terminée. Il s’agit d’un programme crucial pour maintenir la confiance dans les marchés financiers et empêcher une hausse injustifiée des taux d’intérêt payés par les différents États membres. Toutefois, l’arrêt récent de la Cour Constitutionnelle allemande démontre que les programmes d’achat d’obligations de la BCE rencontrent des résistances et doivent être complétés par des initiatives plus audacieuses, démontrant une solidarité budgétaire entre les pays de la zone euro.
  • L’initiative conjointe annoncée le 18 mai par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron. La collecte de fonds d’une taille sans précédent par emprunts de la Commission Européenne sur les marchés des capitaux et leur allocation sous forme de subventions (plutôt que de prêts) constituent une véritable avancée, car l’union budgétaire – même limitée – a été jusqu’à présent la pièce manquante la plus importante de l’Union Economique et Monétaire. Elle devrait en fait être développée davantage dans l’architecture européenne. Ces 500 milliards d’euros à allouer sous forme de subventions seraient désormais complétés par 250 milliards d’euros sous forme de prêts, formant ensemble un nouvel instrument de relance baptisé « Prochaine Génération EU ». La LECE espère vivement que, malgré les objections exprimées par certains États membres, la taille et la conception de cet instrument de recouvrement seront acceptées, en gardant à l’esprit que les fonds seront consacrés à des programmes et à des priorités convenues conjointement.

La LECE estime que cette initiative constructive est un pas dans la bonne direction, significatif en termes de message politique mais encore assez limité en termes macroéconomiques. L’approche dynamique doit être maintenue, y compris le lien avec le cadre financier pluriannuel (2021-2027). La nouvelle proposition pour ce cadre pluriannuel semble bien équilibrée. La LECE soutient l’idée d’envisager l’introduction de nouvelles ressources (venant par exemple du système d’échange de quotas d’émission, d’une taxe d’ égalisation carbone, un prélèvement  sur les revenus des grandes entreprises, une taxe numérique, etc…) Une nouvelle impulsion devrait être donnée à l’examen d’un niveau minimum d’impôt sur les sociétés au niveau de l’UE pour empêcher le dumping fiscal. Même si les États membres ont donné leur accord de principe à un plan de redressement tenant compte du caractère exogène et global du choc, il existe une asymétrie considérable entre pays dans les conséquences de la crise et les besoins de financement qui en résultent dans cette période de déconfinement, alors que le redémarrage de l’économie est essentiel. Les positions économiques des pays sont en effet très différentes en ce qui concerne leurs marchés du travail, leurs finances publiques et leur marge de manœuvre budgétaire pour soutenir leur économie interne[1], leur structure sectorielle (dépendance vis-à-vis des activités de services de proximité comme le tourisme et les loisirs) et leur appartenance ou non à la zone euro. Certains pays étaient déjà plus vulnérables que d’autres lorsque la crise sanitaire a frappé. Aucun pays ni aucune région ne doivent être laissés pour compte. L’UE doit commencer à réfléchir stratégiquement à l’objectif du fonds et à la manière dont il le mettra en œuvre pour bâtir une économie plus résiliente et une Union européenne plus forte.

« L’UE de la prochaine génération » doit servir les ambitions et les objectifs sociétaux de l’UE, en particulier les transitions verte et numérique.

« l’UE de la prochaine génération » doit se concentrer sur l’investissement: l’investissement public – insuffisant depuis au moins une décennie – et le soutien à l’investissement privé, qui risque d’être paralysé par la crise. Elle doit servir de déclencheur à une stratégie de croissance nouvelle et ambitieuse. Les fonds doivent être appliqués sur l’ensemble du territoire européen, en ciblant les régions, les secteurs et les entreprises, y compris les PME, les plus durement touchées par la pandémie. Sa conception devrait promouvoir l’Union européenne dans son ensemble et accompagner les objectifs sociaux et les priorités adoptées par la commission Von der Leyen. Une politique industrielle plus proactive devrait compléter le programme encourageant EU4Health, qui a vocation à investir dans la prévention, la préparation aux crises, l’acquisition de médicaments et d’équipements essentiels par l’amélioration de la R&D:

  • « l’UE de la prochaine génération» doit soutenir voire accélérer, l’ambition du pacte vert de l’UE et la transition vers de nouvelles formes d’organisation économique comme l’économie circulaire.
  • Concernant la stratégie numérique, des fonds devraient être affectés en priorité pour faciliter le passage de la phase de démarrage à la phase de déploiement de l’économie numérique afin de bénéficier des effets de productivité[2]Une stratégie numérique peut aider à soutenir des secteurs clés comme le tourisme et les secteurs impliqués dans la transition vers une économie zéro carbone. Une stratégie appropriée pour l’infrastructure numérique sur l’ensemble du territoire de l’UE doit être élaborée, en veillant à ce que les infrastructures couvrent les zones reculées afin d’éviter une fracture sociale entre ceux qui ont accès aux outils numériques et ceux qui ne sont pas connectés.
  • La crise a également mis en lumière les vulnérabilités des chaînes d’approvisionnement mondiales. Les entreprises vont les revoir et les restructurer avec une tendance à la diversification hors de l’Asie et à la relocalisation de certains éléments de la chaîne. Une stratégie industrielle appropriée est nécessaire en Europe afin de bénéficier d’un redéploiement cohérent des chaînes d’approvisionnement au sein de l’UE, des États membres et leurs partenaires
  • L’éducation, la qualification et la formation à la reconversion doivent être une priorité afin de s’assurer que la main-d’œuvre est correctement préparée avec l’apprentissage tout au long de la vie, en encourageant les disciplines qui sont recherchées de manière urgente: santé, sciences de l’environnement, technologies numériques, intelligence artificielle, cybersécurité, etc.… C’est le seul moyen de lutter contre le chômage de longue durée.
  • Enfin, l’émission de dette par la Commission européenne à grande échelle permettrait  la création  d’un «actif sans risque» tant recherché, indispensable au développement futur de l’Union des marchés de capitaux[3]. La CMU faciliterait l’allocation de capitaux aux projets à long terme et le financement de l’innovation en mobilisant l’épargne des ménages vers des instruments à plus long terme dédiés à la croissance et à l’innovation. Elle favoriserait également  l’évolution de l’euro vers une monnaie internationale à part entière. De nombreuses entreprises seront confrontées à des problèmes de solvabilité dans les mois à venir en raison de l’interruption soudaine de l’activité et de la faiblesse de la demande agrégée, il serait approprié d’entreprendre certaines formes d’harmonisation des règles d’insolvabilité dans toute l’Union Européenne (inspirées du « Chapitre 11 » aux États-Unis par exemple).

Une crise est une occasion à ne pas manquer d’aller de l’avant. Ne la manquons pas aujourd’hui pour faire avancer l’Europe.

Bernard Snoy et d’Oppuers (Président LECE International), Rainer Boden (Vice-Président LECE International), Servaas Deroose (Conseiller Spécial du Président LECE International), François Baudu (Secrétaire Général LECE International), Javier Arias (LECE International), Andreas Grünbichler (LECE Autriche), Branco Botev (LECE Bulgarie), Frances Homs Ferret (LECE Espagne), Olivier Klein (LECE France), Wim Boonstra (LECE Pays-Bas et Président LECE Commission Monétaire), Maciej Dobrzyniecki (LECE Pologne), Antonio Martins da Cruz (LECE Portugal), Radu Deac (LECE Roumanie), Thomas Cottier (LECE Suisse), Philippe Jurgensen (Présent LECE Commission Economique et Sociale), Senén Florensa (President LECE Commission Méditerranée).

ELEC-website: www.elec-lece.eu


[1] Par exemple, certains pays ont fourni des aides d’État et des capitaux à risques aux entreprises au niveau national (Allemagne) alors que d’autres ont limité leur intervention au niveau régional (Autriche avec la ville de Vienne).

[2] Bart van Ark, University of Groningen, The Conference Board, The Productivity Paradox of the New Digital Economy; Antonin Bergeaud, Gilbert Cette, Banque de France, La récession actuelle et les précédentes: un regard sur longue période.

[3] Voir à ce sujet  la proposition de la LECE « T-Bill Fund »: https://ec.europa.eu/economy_finance/articles/governance/pdf/elec.pdf


Catégories
Crise économique et financière Politique Economique Zone Euro

Budget et instruments européens de reconstruction après confinement

En réaction à l’article d’Anne Planchon au Figaro : Accord des Vingt-Sept sur le principe d’un plan de relance – Les États membres restent divisés sur ses modalités.

Budget européen et instruments européens de reconstruction après confinement : augmenter significativement le budget Européen, comme le propose la Présidente de la commission, me semble une très bonne chose. C’est une occasion historique pour l’Europe de le faire et ainsi de compléter son mode de régulation.

Deux choses à approfondir seront décisives :

  • Son financement : le faire par l’impôt additionnel ne contribuerait pas beaucoup à relancer les économies. Une partie doit être financée par un financement perpétuel de la BCE à 0%. Avec des engagements clairs à gérer le financement du solde par les marchés avec rigueur.
  • Son utilisation :  un mix prêts et subventions, aidant notamment les pays les plus en difficulté après la période de confinement, afin de faciliter la ré-industrialisation des différents territoires  concernés, améliorer le niveau d’éducation, favoriser la R&D, soutenir partout  le développement de secteurs économiques stratégiques (data, santé, armement, agro-alimentaire, etc.), le tout en échange de réformes structurelles des différents pays davantage affaiblis par la crise pandémique, réformes permettant conjointement d’augmenter leur potentiel de croissance et d’affirmer une trajectoire (douce) d’équilibrage des  comptes publics.
Catégories
Banque Politique Economique Zone Euro

Face à la triple crise sanitaire, économique et financière, le projet européen a besoin d’une solidarité et d’une coordination audacieuses !

Retrouvez ici « l’appel » de la Ligue Européenne de Coopération Economique signé par tous les Présidents des sections : Ligue Européenne de Coopération Economique – Appel

Bernard Snoy et d’Oppuers (Président LECE International), Rainer Boden (LECE International), Servaas Deroose (Conseiller du Président LECE International), François Baudu (LECE International), Javier Arias (LECE International), Olivier Klein (LECE France), Andreas Grünbichler (LECE Austriche), Branco Botev (LECE Bulgarie), Frances Homs Ferret (LECE Espagne), Thomas Cottier (LECE Suisse), Maciej Dobrzyniecki (LECE Pologne), Antonio Martins da Cruz (LECE Portugal), Radu Deac (LECE Roumanie), Philippe Jurgensen (Commission Economique et Sociale – LECE), Wim Boonstra (LECE Pays-Bas et Commission Monétaire – LECE), Senen Florensa (Commission Méditerranéenne – LECE).

Site internet de la LECE: www.elec-lece.eu

Catégories
Zone Euro

Édito – Lettre semestrielle de la section française de Ligue Européenne de Coopération Economique – janvier 2020

Quelques exemples :

  • Des élections européennes plutôt rassurantes.
    Le populisme n’a pas fait de percée. Et le nombre de votants n’a montré aucune désaffection pour ces échéances démocratiques. Mais d’une répartition bien réglée au Parlement européen entre deux grandes familles de députés, habituées à la recherche de compromis, a surgi un quatuor, nettement moins rompu à la discipline de la négociation européenne. Quatuor composé des conservateurs et des socio-démocrates, auxquels se sont ajoutés les verts et un groupe centriste, Renew Europe.
  • Une nouvelle Présidente de la Commission, Ursula Von Der Leyen.
    Une allemande très pro-européenne. Avec les membres de la nouvelle Commission, elle met en avant sa volonté de remettre l’Union en mouvement. Les fâcheuses péripéties des nominations sont a priori derrière nous.
  • Mais l’opposition Est-Ouest continue de se manifester entre autres sur le dossier de la défense, pourtant si important pour l’autonomie stratégique de l’Europe. Au sein de l’OTAN ou sans lui. Avec une déclaration du Président de la République française qui ouvre clairement et lucidement le débat, mais qui provoque la crispation ou l’opposition de tous ceux qui ont peur du vide et préfèrent croire que les Etats-Unis ne délesteront pas l’OTAN de son contenu.
  • Une vision divergente de la politique de concurrence et de la politique industrielle.
    D’un côté, les promoteurs de champions européens pour faire face, dans le domaine du big data, de la défense, des infrastructures et dans bien d’autres secteurs encore, aux géants américains et chinois. De l’autre, ceux qui pensent l’Europe comme union douanière, libre circulation des hommes, des marchandises et des capitaux. Et qui se méfient de l’interventionnisme étatique dans toute politique industrielle. Ils conçoivent la politique de la concurrence aux bornes des frontières de l’Union et non en regard des autres grandes zones économiques du monde.
  • L’opposition Nord-Sud sur la nécessité de poursuivre la construction de la Zone Euro.
    Pour certains, toute union monétaire dans l’histoire ne survit sur le long terme qu’avec un budget commun, permettant à l’échelle de la zone monétaire une politique contracyclique. Mais aussi avec une politique de soutien aux pays subissant des difficultés asymétriques. Pour ceux-là, les politiques de « risk sharing » et/ou les politiques structurelles d’aménagement des territoires sont indispensables pour éviter de laisser se dérouler la désindustrialisation ici et la polarisation industrielle là et, à la fin, mettre en péril l’Euro. D’autres, persuadés que l’effort et la discipline économiques, s’ils sont bien partagés par tous les pays, n’entraînent pas de besoin de transferts (de solidarité) entre les pays, qui risqueraient fort sinon de devenir permanents.
    D’où les difficultés actuelles à se mettre d’accord sur la nature et l’ampleur d’un réel budget européen, comme sur les modes d’action et la gouvernance du Mécanisme Européen de Stabilité ou sur la garantie des dépôts.
    Une évolution favorable : le Ministère de l’Economie allemand a accepté d’ouvrir des discussions sur ces sujets sans préalable, montrant ainsi une rupture avec la pratique antérieure. Même si les conditions mises en avant pour que soient actionnés les différents mécanismes à l’étude n’ont pas beaucoup varié.
  • La divergence enfin, qui pour bonne une partie englobe toutes les autres, entre deux visions de l’Europe. Celle d’une Europe stratège ou souveraine, construisant un projet et une capacité d’action dans le monde. Notamment pour se faire une place entre les deux hyperpuissances qui entament une guerre froide politique, économique et militaire, dans un tango à deux. Et celle d’une Europe pensée et vécue comme une union de pays liés par l’économie, des règles et des valeurs, mais ne tentant pas de se projeter comme acteur du monde en devenir, un acteur muni d’une stratégie propre.

Pour ce faire, il faut probablement partir de projets communs et concrets, industriels, de défense, de transition énergétique, numériques, etc. La Commission, les gouvernements et les chefs d’entreprise pourront ainsi redonner une dynamique à l’Europe. Le « Green deal », lancé par la nouvelle Commission en est un exemple.

Quelques projets de solidarité devraient aussi voir le jour. Une assurance-chômage de niveau européen mêlant « risk sharing » et « market discipline », est ainsi sérieusement à l’étude actuellement.

Tant des projets industriels européens qu’une assurance-chômage de l’Union pourraient améliorer l’image de l’Europe auprès des citoyens de l’Union, car ils seraient visibles et leur seraient directement utiles. Ils pourraient ainsi redonner une dynamique à l’Europe.


La possibilité de l’enlisement existe. Mais la ferme volonté de toutes les forces européennes de ne pas laisser se déliter une telle construction semble bien présente. Faire avancer l’Union semble ainsi une nécessité pour chacun. La nouvelle Commission et le Parlement renouvelé doivent partir de ces constats pour trouver les chemins du renouveau de l’Europe.

Faisons en sorte que notre Ligue Européenne puisse utilement porter ses réflexions et sa voix en ce sens !

Je vous souhaite une très belle et heureuse nouvelle année 2020, propice à tous, comme au renforcement du projet européen.

Catégories
Politique Economique Zone Euro

« La montée de l’instabilité financière »

La grande crise financière, due à un phénomène de surendettement du secteur privé, a été à l’origine d’un risque déflationniste important. La réaction des autorités monétaires a été la bonne, avec les politiques non-conventionnelles, des taux courts et longs proches de zéro, voire négatifs.

Depuis quelques années, nous sommes sortis du risque déflationniste. La croissance est revenue avec une nette reprise du crédit, même si les premiers signes de ralentissement représentatifs d’un retournement classique du cycle économique apparaissent. La sortie du risque de déflation fait que le maintien d’une politique monétaire extrêmement accommodante n’a plus lieu d’être. Mais, le niveau d’inflation trop bas par rapport à l’objectif des banques centrales, lié à la crainte qu’une remontée significative des taux ne provoque des problèmes d’insolvabilité, conduisent les autorités monétaires à poursuivre leurs politiques non conventionnelles.

Cependant, si l’on étudie les crises financières, on peut identifier aujourd’hui très clairement les signes annonciateurs d’un cycle financier qui mûrit, conduisant tôt ou tard au retour d’une potentielle crise systémique. En effet, l’installation de taux trop bas –des taux d’intérêt nominaux largement inférieurs aux taux de croissance nominaux- sur une trop longue durée crée un cercle vicieux. Les acteurs économiques sont, de ce fait, incités à encore plus s’endetter au lieu de se désendetter, ce qui rend de plus en plus difficile la remontée des taux. Et cela pousse les épargnants, comme les gérants de cette épargne (fonds de pension, assurance-vie, fonds de placement, etc.), à prendre de plus en plus de risques pour trouver du rendement. L’ensemble de ces comportements engendre une instabilité financière accrue. Ainsi, le taux d’endettement mondial a beaucoup augmenté : il s’élevait à 190 % en 2001 et à 200 % en 2008, avant de passer à 230 % en 2018. Des épargnants et des investisseurs institutionnels prennent des risques croissants afin de ne pas offrir de taux négatifs aux épargnants eux-mêmes. Cette prise de risque sans cesse accrue caractérise une phase montante du cycle financier. Ce type de phases se répète dans l’histoire et prend aujourd’hui par exemple la forme de placements de plus en plus longs, de plus en plus illiquides, comprenant des risques de crédit de plus en plus élevés.

L’éclatement d’une telle bulle pourrait venir de la remontée des taux d’intérêt. Cette remontée n’interviendra probablement pas rapidement si l’inflation reste durablement basse pour des raisons structurelles. Cela devrait d’ailleurs remettre en question le niveau des objectifs d’inflation des banques centrales elles-mêmes, comme Jacques de Larosière l’a expliqué dans ces colonnes. Quels seraient alors les facteurs qui pourraient faire éclater la bulle ? Un ralentissement fort de la croissance, dû au cycle de l’investissement ou à des crises géopolitiques, provoquerait une baisse des recettes, privées ou publiques, donc rendrait plus difficile le remboursement de la dette et compromettrait la valeur des placements.

Les banques étant mieux capitalisées qu’auparavant et mieux protégées contre le risque de liquidité, donc moins risquées, la crise financière viendra probablement plutôt du « shadow banking », dans une acception large. La part de la finance qui ne passe pas par les banques ne cesse en effet d’augmenter. Cependant, la structure de la courbe des taux d’intérêt écrasée et les taux négatifs fragilisent aussi progressivement les banques. Ce qui pourra à terme les contraindre dans leur possibilité même d’augmenter leurs crédits, donc de financer la croissance. Ce qui pourrait également affaiblir le secteur de l’industrie bancaire européenne.

En définitive, le risque majeur est que les banques centrales, qui ont lutté avec succès contre des risques catastrophiques avec des instruments innovants, veuillent retrouver un taux d’inflation inaccessible et utiliser ces mêmes outils pour faire face aux retournements conjoncturels ou protéger des acteurs très endettés. Les banques centrales semblent avoir adopté une attitude asymétrique : très accommodantes pendant les crises, et n’accompagnant pas suffisamment la sortie du risque de déflation et le retour de la croissance par une remontée des taux. Cette attitude permet certes de repousser à court terme la prochaine crise, mais, d’une part, elle rend la politique monétaire bien moins opérante lorsque l’on en aura à nouveau massivement besoin et, d’autre part, elle est un facteur puissant du développement de l’instabilité financière à terme. Cette politique porte en elle un risque de plus grande crise financière encore, quand elle surviendra.

Co-écrit avec Eric Lombard,
Directeur Général de la Caisse des Dépôts

Retrouvez cette tribune parue dans Les Échos ici.

Catégories
Banque Conjoncture Economie Générale Zone Euro

J’étais l’invité de Jean-François Bodin sur Radio Rythme Bleu pour parler économie calédonienne, stratégie bancaire, guerre commerciale Etats-Unis/Chine

À l’occasion de ma visite en Nouvelle-Calédonie, j’ai eu le plaisir d’être accueilli par Jean-François Bodin sur Radio Rythme Bleu pour y parler économie mondiale, guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, stratégie bancaire ou encore situation actuelle de l’économie calédonienne.

Interview à retrouver ici : https://bit.ly/30B7AoT